J’suis du vomi qui pleure

08 - L'infinie tristesse du fabricant de clous

J’suis du vomi qui pleure, de la poudre à canon sur une radio des poumons. Toi tu hurles à mes oreilles que la vie est belle, même si dans la baignoire, les veines ouvertes d’un tamanoir s’écoulent en mille feuilles. Bravo. Longues vies à nous qui sommes les sommes d’un tout. Que vive l’encre, que règnent nos yeux. J’suis du vomi qui pleure, une scie à métaux dans la cale d’un bateau.

« J’suis du vomi qui pleure » est un travail collaboratif, confrontation d’écritures automatiques à des photographies argentiques grattées. C’est un combat inlassable qui s’opère entre deux techniques au geste vif, les assemblant dans une absurdité harmonieuse. Une matière photographique est retirée brusquement à des moments, plus minutieusement à d’autres. En dissidence, une matière textuelle se crée à côté, d’une forme tout aussi brusque et d’un contenu aux mots tout autant justes.

 

 

Publicités