La peau nue après le sparadrap

La peau nue après le sparadrap est une série de collages sans queue ni tête, comme l’eunuque décapité cher à Jean Yanne. Par le collage, je tente de créer des mondes poétiques, des univers de ciseaux et de colle, des galaxies où les étoiles sont des images. Le vrai monde est en lambeaux. Partout, la chair se déchire sous les coups de cutter du grand Capital. Peu importe, tant que j’ai de la colle, j’ai toujours le choix de fermer les yeux.

Publicités