j’irai pas travailler

j’irai pas travailler j’irai pas travailler j’irai pas travailler. le travail c’est pas ma vie. ma vie c’est ma peau et l’travail c’est l’chagrin. ma peau c’est le parchemin où j’écris en petits caractères mes gros coups de coeur de gueule ou de blues. le travail c’est la gomme qui efface tout, sauf le soleil qui déchire ma couche de zone. le travail tue l’utopie tapie dans l’ombre de toi que j’ai en moi. j’irai pas travailler. le travail tue l’amour. le travail c’est la sueur au front des esclaves. l’amour c’est la fumée d’une cigarette s’évaporant d’un drap essoufflé. j’irai pas travailler j’irai pas travailler j’irai pas travailler. je veux pas me faire vider par la turlutte ouvrière. je ne poserai pas le pied sur la lune des classes. j’irai pas travailler. je veux m’étoiler en orbite dans l’aura de tes petites planètes. j’irai pas travailler.