les yeux

tu sens bon des yeux

ces bateaux qui s’amarrent

à tes pores

les chevaux qui se marrent

et l’aurore qui se mord

se morfond

le vent dans tes cheveux

cette licence poétique

puis quoi encore

le vent est squelettique

et les restes de l’aurore

tournent en rond

tu sais ce que je veux

moi je ne le sais pas

et je cherche ton corps

le seul drame des draps

c’est de survivre aux morts

c’est de survivre aux morts