sans le sang

si je ne fumais pas

je ferais quoi

je ferais quoi de mes dix doigts

si je ne roulais pas mes cigarettes

si mes ongles ne dansaient pas

il resterait quoi

marinade de z’yeux plombés

sans le sang la mer est calme

et sans le goudron

la route est longue

et le seul droit qui compte

la seule terre qui vaille la peine

c’est celle de sous nos ongles

car si je ne fumais pas

je ferais quoi

les lèvres orphelines

craquelleraient en plein hiver

sans la protection passagère

des mégots qui s’acoquinent

il resterait sûrement aussi

marinade de corps saignés

sans le sang la mer est calme

sans le sang l’encre est amère

et ne surnagent que les mégots