(sans titre n°4)

je vends mes cartons

je détruis la maison

où c’est que j’suis né

où mes souvenirs

prennent la poussière entre deux photos

je vends ce rouge-à-lèvres

qu’t’as laissé pour qu’je rêve

pour que j’me souvienne

qu’avant ces lèvres

c’est sur les miennes

qu’elles s’allongeaient

avec l’argent du rouge-à-lèvres

j’achèterai un bonbon goût fraise

qui me fera oublier

le goût de tes baisers

de tes baisers goût-crève